Prier La Vie Le Monde des Religions Le Monde Télérama Le Monde diplomatique Le Huffington Post Courrier international
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
  • Partager
  • Classer

Chronique art

Deux jeunes femmes dans un jardin

Dans ce jardin le printemps éclate, un arbre fleurit, des renoncules parsèment l’herbe, un oiseau chante sur une branche… et une grande forme blanche se dresse devant deux jeunes femmes, encore dans l’ombre de la nuit. Le petit morceau de ciel montre que l’aube pointe à peine et que la lumière qui inonde la partie droite n’est pas naturelle. Les deux femmes sortent de l’ombre, l’une toute enveloppée, porte un vase et regarde tout au loin vers la droite, la seconde qui est tournée vers la lumière mystérieuse, ploie le genou et regarde stupéfaite. Ce qu’elle voit est effectivement surprenant, devant elle un homme armé d’un bouclier et d’un casque, gît face contre terre, on distingue au pied de l’arbre la cuirasse d’un second soldat, et un peu plus loin le faisceau de lumière blanche prend la forme d’un ange, la main droite levée pour parler, encore plus loin on aperçoit une porte rectangulaire ouverte dans le rocher …

« Après le sabbat, au commencement du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent voir le sépulcre. Et voilà qu’il se fit un grand tremblement de terre : l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. Il avait l’aspect de l’éclair et son vêtement était blanc comme neige. Dans la crainte qu’ils en eurent, les gardes furent bouleversés et devinrent comme morts. Mais l’ange prit la parole et dit aux femmes : « Soyez sans crainte, vous. Je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité comme il l’avait dit ; venez voir l’endroit où il gisait. Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité des morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. » Mat 28, 1-8

Le peintre met bien en scène le texte de Matthieu, les deux soldats renversés sont ceux que Pilate avait envoyé garder le tombeau par crainte que les disciples n’enlèvent le corps du crucifié. Mais il fait une grande différence entre les deux femmes. Alors que la première est enveloppée dans un voile de deuil, la seconde porte les couleurs du printemps, pendant que la première regarde vers l’extérieur, signe qu’elle ne voit ni n’entend l’ange, la seconde s’agenouille et son visage sourit à la bonne nouvelle qu’elle reçoit, il s’agit sans doute de Marie Madeleine qui sera gratifiée dans l’évangile de Jean, d’une rencontre personnelle avec le Christ. Ainsi l’artiste a voulu opposer les deux femmes pour montrer que la nouvelle de la Résurrection n’est pas une donnée reçue de la même façon par tous les témoins, que c’est une donnée qui ne peut être reçue que dans la foi de chacun, à la lumière de l’Esprit toujours présent, ici sous forme de la colombe.

The First Easter, Arthur Hughes , 1896, huile sur toile, 84 x 113 cm, William Morris Gallery, Londres

 

> Retrouvez d'autres oeuvres sur le site imagesbible.com créé par Serge Ceruti

Réagir à cet article

Pour pouvoir publier une réaction, il faut être inscrit.

Envoyer ma réaction

 Je reconnais avoir pris connaissance des conditions générales d’utilisation

Je ne suis pas encore membre !
Je m’inscris