Prier La Vie Le Monde des Religions Le Monde Télérama Le Monde diplomatique Le Huffington Post Courrier international
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
  • Partager
  • Classer

Chronique art

Marie sur terre et au ciel

Deux registres divisent cette œuvre, le Ciel bleu et la Terre brune, deux scènes s’y passent en même temps.

Sur terre, une foule se rassemble autour d’une femme défunte. Elle est étendue sur son lit ou une civière portée hors de la maison, elle y repose, la tête soulevée, les yeux clos, les mains croisées. Derrière elle, des hommes plus ou moins jeunes, se tiennent debout mais dans des attitudes variées, certains parlent, d’autres tiennent des livres ou rouleaux. Il s’agit manifestement d’une réunion de prière pour la défunte, elle est présidée par celui qui tient le livre ouvert et qui porte une étole. Le dernier homme à droite, montre la défunte à un autre groupe d’hommes qui s’empressent et s’agenouillent, leur émotion est vive alors que celle des hommes debout est contenue. Marie vient de mourir, les apôtres célèbrent ses obsèques devant la foule.

Pendant que sur terre, les hommes célèbrent les funérailles, une toute autre scène se passe au Ciel. Des anges musiciens couronnés de fleurs entourent et soutiennent un trône magnifique sur lequel Jésus et Marie sont assis. La Vierge tout de blanc vêtue incline la tête vers le Christ et lui tend les mains, les positions sont plus le signe d’une grande intimité que d’une gloire partagée.

Ce qui est surprenant dans cette représentation de l’Assomption de Marie, c’est la superposition des deux scènes comme s’il n’y avait aucune communication entre les deux mondes. Les apôtres entourent la Vierge, la foule se presse, mais personne ne regarde le Ciel. Pourquoi cette coupure plutôt inhabituelle ? Parce que ce n’est pas un miracle qui est représenté, ce n’est pas une vision qui leur est offerte, pour les hommes de la terre, il n’y a rien à voir, seulement à croire,

Quant à l’intimité des relations entre Jésus et Marie, elle renvoie à l’image de Marie comme figure de l’Eglise, et au thème de l’Epoux et de l’Epouse si souvent présent dans la Bible toute entière. Il n'arrive à Marie personnellement que ce qui est promis à l'Église collectivement, et c’est à nous que le mystère est dévoilé.

 

La Dormition et l'Assomption de la Vierge , Ecole de Sienne, fresque du 14ème siècle, Monastère de saint Benoît, Chapelle de la Vierge, Subiaco, Italie.

 

> Retrouvez d'autres oeuvres sur le site imagesbible.com créé par Serge Ceruti

Réagir à cet article

Pour pouvoir publier une réaction, il faut être inscrit.

Envoyer ma réaction

 Je reconnais avoir pris connaissance des conditions générales d’utilisation

Je ne suis pas encore membre !
Je m’inscris