Prier La Vie Le Monde des Religions Le Monde Télérama Le Monde diplomatique Le Huffington Post Courrier international
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
  • Partager
  • Classer

Chronique art

Un homme s’adresse à une foule en mouvement.

Tout est mouvement dans cette scène, le vieillard du centre se penche et se tourne, pour interpeller vigoureusement la foule par son bras tendu, et son manteau suit sa torsion. Toutes les personnes qui l’entourent accompagnent ce mouvement de rotation, l’homme vêtu de blanc, debout derrière lui, celui qui est en rouge, sur sa droite, mais aussi les femmes qui sont à ses pieds et l’étrange homme moustachu de gauche. Ce mouvement suit deux cercles concentriques, le premier rejoint les têtes des personnes qui sont au milieu de la scène : le vieillard, les hommes qui l’entourent et les femmes à ses pieds. Le second passe par les hommes qui sont plus éloignés et coupés par le bord du tableau, les hommes de droite et de gauche, le petit enfant faisant le lien entre ces deux courbes. Quant aux diagonales elles sont multiples et se rejoignent sur la tête du vieillard. Le mouvement est aussi donné par les couleurs, leur opposition entre les blancs et les beiges très clairs et les bruns sombres, une opposition qui crée de la profondeur, alors que le flou du fond donne aux colonnes torses, un mouvement de danse.

« Alors s’éleva la voix de Pierre, qui était là avec les Onze ; il s’exprima en ces termes : « Hommes de Judée, et vous tous qui résidez à Jérusalem, comprenez bien ce qui se passe et prêtez l’oreille à mes paroles. Non, ces gens n’ont pas bu comme vous le supposez : nous ne sommes en effet qu’à neuf heures du matin ; mais ici se réalise cette parole du prophète Joël : Alors, dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes, vos jeunes gens auront des visions, vos vieillards auront des songes ; » livre des Actes des Apôtres, ch.2, 14-18

L’apôtre Pierre s’adresse à la foule réunie à Jérusalem pour la fête de la Pentecôte, il vient de recevoir l’Esprit Saint sous la forme de langues de feu, et l’on devine deux flammèches au dessus des têtes de Pierre et du jeune homme de blanc vêtu, sans doute Jean. Ce don de l’Esprit transforme les apôtres qui se mettent à prophétiser et à parler en langues, pour appeler à la conversion. Ce terme qui signifie « retournement » prend sens, dans ce mouvement général qui parti de Pierre, ébranle les colonnes du bâtiment, et gagne tous les auditeurs présents, et tous ceux que le bras tendu de Pierre invite. Tous, et pour un peintre hongrois du 18e s. cela doit nécessairement aller jusqu’à ce jeune Turc reconnaissable à sa moustache.

 

Saint Pierre prêchant , Franz Anton MAULBERTSCH, 1758, fresque, église paroissiale de Sümeg, Hongrie

 

> Retrouvez d'autres œuvres sur le site imagesbible.com créé par Serge Ceruti

Réagir à cet article

Pour pouvoir publier une réaction, il faut être inscrit.

Envoyer ma réaction

 Je reconnais avoir pris connaissance des conditions générales d’utilisation

Je ne suis pas encore membre !
Je m’inscris