Prier La Vie Le Monde des Religions Le Monde Télérama Le Monde diplomatique Le Huffington Post Courrier international
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
  • Partager
  • Classer

Chronique art

Un vieil homme précède une foule 

L’homme est grand, il porte une longue barbe blanche, et deux rayons lumineux surmontent sa tête, il avance s’appuyant sur son bâton et regarde vers la droite, un pays que l’on ne voit pas mais qui doit se trouver au bas d’une haute falaise. Le bleu lumineux de cette partie droite s’oppose au brun terne du reste du tableau, comme un signe d’espoir que tous regardent.

Car le vieil homme précède une foule, d’hommes de femmes et d’enfants, tous se pressent sur le bord de la falaise, comme s’ils voulaient vite rejoindre le pays qui est en bas ; un jeune homme a déjà les jambes dans le vide, un jeune couple soulève son nouveau né au dessus du vide, comme pour lui promettre cette terre nouvelle. Seul le vieillard ne manifeste ni enthousiasme ni précipitation, il tend son bras gauche vers sa jambe gauche, et elle est étrangement nue.

Les rayons lumineux au dessus de la tête du vieillard, permettent de reconnaître Moïse. « Le SEIGNEUR dit à Moïse : « Monte sur cette montagne… au mont Nébo qui est au pays de Moab, en face de Jéricho, et regarde le pays de Canaan que je donne en propriété aux fils d’Israël…Moïse monta des vallons de Moab vers le mont Nébo… Et le SEIGNEUR lui dit : « C’est là le pays que j’ai promis par serment à Abraham, Isaac et Jacob en leur disant : “C’est à ta descendance que je le donne.” Je te l’ai fait voir de tes propres yeux, mais tu n’y passeras pas. » Et Moïse, le serviteur du SEIGNEUR, mourut là, au pays de Moab, selon la déclaration du SEIGNEUR ». Livre du Deutéronome, 32, 48 et 34, 3-5

C’est donc l’arrivée au terme de 40 ans d’Exode, depuis la sortie d’Egypte, on devine sur la gauche un coffre porté par des hommes, c’est l’Arche de l’Alliance, qui accompagne le peuple. Mais comme Moïse, la génération qui a quitté l’Egypte ne pourra entrer en Terre promise, car elle a douté de la Parole de Dieu. C’est pourquoi tous ceux qui se réjouissent sont jeunes, ils sont nés pendant l’Exode.

Reste à expliquer le geste étrange de Moïse et sa sandale défaite, c’est une allusion à la scène du buisson ardent au ch. 3 de l’Exode quand Dieu appelle : "Moïse, Moïse", dit-il, et il répondit : "Me voici". Il dit : "N'approche pas d'ici, retire tes sandales de tes pieds car le lieu où tu te tiens est une terre sainte." Cette fois Moïse ne foulera pas la terre sainte mais il est arrivé devant elle, et le peintre associe par ce geste symbolique, ces deux moments emblématiques, la révélation de « Celui qui est » et le don de la Terre promise.

Moise enlève ses sandales devant terre promise, Gustave Moreau, 1854 huile sur toile 245 x 150 cm, Musée Gustave Moreau, Paris.

 

> Retrouvez d'autres œuvres sur le site imagesbible.com créé par Serge Ceruti

Réagir à cet article

Pour pouvoir publier une réaction, il faut être inscrit.

Envoyer ma réaction

 Je reconnais avoir pris connaissance des conditions générales d’utilisation

Je ne suis pas encore membre !
Je m’inscris