Prier La Vie Le Monde des Religions Le Monde Télérama Le Monde diplomatique Le Huffington Post Courrier international
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
  • Partager
  • Classer

décembre
  2e dimanche de l’avent
Jour précédent
04 Is 40,1...11
Ps 84
2 P 3,8-14
Jour suivant

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (1,1-8)

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : « Voici que j’envoie mon messager devant toi, pour préparer la route. À travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. »
Et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit-Saint. »

Commentaire

À travers le désert une voix crie : « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. » Rappelons que, dans la Bible, le désert ne relève pas seulement de l’indication géographique, mais qu’il fait signe vers une réalité spirituelle liée à l’histoire d’Israël. Lieu d’épreuve et de déconditionnement après la sortie d’Égypte, sous la conduite d’un Dieu tout à la fois proche et transcendant (Ex 15,22-40,38 ; Dt 8,1-6), c’est aussi le lieu où le Seigneur noua l’alliance dont a vécu Jésus (Ex 19).
À l’époque de Jean Baptiste et de ses contemporains, le désert a une teneur spécifique liée au silence de Dieu et à l’oppression politique.
Et c’est dans ce contexte que Dieu intervient par l’intermédiaire du Baptiste qui va faire retentir la parole ancienne et nouvelle d’Isaïe (Is 40,3). Une parole d’espérance qui non seulement tourne les regards vers l’avenir et la venue de Dieu, mais invite à les préparer ici et maintenant.
Voilà qui nous presse d’investir et non de subir, nos déserts contemporains – collectifs ou personnels. N’est-ce pas là que Dieu se fait entendre par les Écritures, là qu’il se donne dans les sacrements, là que nous pouvons le rencontrer si nous consentons à nous désencombrer et à nous tenir à notre poste de veilleur ?

Psaume 84

J’écoute : que dira
le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix
pour son peuple.
Son salut est proche
de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera
notre terre.
Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera
la justice.
Le Seigneur donnera
ses bienfaits,
et notre terre
donnera son fruit.
La justice marchera
devant lui,
et ses pas traceront
le chemin.

Seigneur, en ce deuxième
dimanche de l’avent,
nous te bénissons
de ce temps que tu nous offres
pour nous recentrer sur ta venue,
et cultiver l’espérance
qui ne déçoit pas.
Oui, nous le croyons,
toute chair verra ton salut.
Accorde-nous, à tous et à chacun,
d’être les témoins
de cette joyeuse espérance,
passée au creuset de l’épreuve.
Quelle soit lumière
en notre monde,
confronté à ses vulnérabilités
et à des mutations
qu’il ne contrôle pas.
Sois loué et glorifié, Seigneur,
de t’être révélé.

Sœur Emmanuel Billoteau

Saint Jean de Damas (675-749), docteur de l’église. D’abord fonctionnaire auprès du calife de Damas, il fut un grand théologien de l’Orient chrétien.

Réagir à cette prière

Pour pouvoir publier une réaction, il faut être inscrit.

Envoyer ma réaction

 Je reconnais avoir pris connaissance des conditions générales d’utilisation

Je ne suis pas encore membre !
Je m’inscris