Méditation de Noël (9)

La circoncision de Jésus

Texte

8 – La circoncision de Jésus

 

La Parole de Dieu : Lc 2,21.                                                                                                         

Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.

 

Méditation :                                                                                                                                   

Seigneur Jésus, par le rite de la circoncision, tu portes en ta chair le signe de l’alliance entre Dieu et son peuple (cf. Gn 17,11), selon sa promesse : Mon alliance deviendra dans votre chair une alliance perpétuelle. (Gn 17,13).                                                                                 

Mais tu n’es pas seulement un membre quelconque du peuple de Dieu : tu représentes celui-ci tout entier ! Tu es la descendance d’Abraham (Ga 3,16) à partir de laquelle seront bénies toutes les nations de la terre (Gn 12,3 ; 18,18).                                                     

Aujourd’hui tu verses un peu de sang pour entrer dans cette alliance conclue avec Abraham ; à la croix tu verseras tout ton sang pour inaugurer l’Alliance nouvelle et éternelle source de bénédiction pour toute l’humanité.                                                                              

Alors sera pleinement justifié le saint nom que l’Ange avait indiqué au Nom du Père, et que tu reçois en ce jour : Jésus, le Seigneur sauve (Mt 1,21). C’est Joseph qui te le donne (cf. Mt 1,21), mais Luc ne le dit pas : Joseph s’efface devant le Père des cieux. Ce salut nous est communiqué au baptême, qui est la « circoncision du cœur, celle qui relève de l’Esprit » (Rm 2,29) et fait de nous, en toi Jésus, des fils et filles bien-aimés de Dieu.                  Ave

 

Textes :                                                                                                                                           

« La circoncisionde Jésus, le huitième jour après sa naissance (cf. Lc 2, 21), est signe de son insertion dans la descendance d’Abraham, dans le peuple de l’alliance, de sa soumission à la loi (cf. Ga 4, 4), et de sa députation au culte d’Israël auquel Il participera pendant toute sa vie. Ce signe préfigure " la circoncision du Christ " qu’est le Baptême (cf. Col 2, 11-13). » (CEC n° 527)

            « La circoncision d'un fils était le premier devoir religieux du père: par ce rite (cf. Lc2, 21), Joseph exerce son droit et son devoir à l'égard de Jésus. Le principe selon lequel tous les rites de l'Ancien Testament ne sont que l'ombre de la réalité (cf. He9, 9-10; 10, 1) fait comprendre pourquoi Jésus les accepte. Comme pour les autres rites, celui de la circoncision trouve en Jésus son « accomplissement. » L'alliance de Dieu avec Abraham, dont la circoncision était le signe (cf. Gn17, 13), atteint en Jésus son plein effet et sa réalisation parfaite, car Jésus est le « oui» de toutes les anciennes promesses (cf. 2 Co1, 20).                

« A l'occasion de la circoncision, Joseph donne à l'enfant le nom de Jésus. Ce nom est le seul nom dans lequel se trouve le salut (cf. Ac4, 12); et sa signification avait été révélée à Joseph au moment de son « annonciation »: « Tu lui donneras le nom de Jésus, car c'est lui qui sauvera le peuple de ses péchés» (Mt1, 21). En lui donnant son nom, Joseph manifeste sa paternité légale à l'égard de Jésus et, en prononçant ce nom, il proclame la mission de sauveur qui est celle de l'enfant. » (Saint Jean-Paul II) (35)

            « Avec Abraham commence l’histoire de la promesse. (…)  La promesse pour lui se rapporte tout d’abord à son descendant, mais va au-delà : « Par lui se béniront toutes les nations de la terre » (Gn 18,18). Ainsi, dans toute l’histoire qui commence avec Abraham et est dirigée vers Jésus, le regard embrasse l’ensemble : à travers Abraham doit venir une bénédiction pour tous. » (Benoît XVI) (36)

                (35) Saint Jean-Paul II, Redemptoris custos n° 11-12.                              (36) Benoît XVI, EJ p.15-16.

Réactions (1)

brebis
brebis
4

Merci toujours pour vos méditations. Que le Seigneur vous bénisse richement pour ce que vous nous apportez par Lui. Muriel

Alerter