Méditation de Noël (12)

N'oublions pas l'humble Joseph!

Texte:

 

Joseph serviteur de Jésus et Marie

 

Méditation :                                                                                                                                   

Joseph, juste époux de la Vierge Marie et père de Jésus selon la loi, avec quel amour, reçu du Père des cieux, tu as vécu la naissance miraculeuse de Jésus !                                               

Alors toi, le descendant de David, tu t’es mis au service du roi des Juifs qui vient de naître (Mt 2,2), au service du « Roi dont les serviteurs sont eux-mêmes des rois. » (51) Car « l’amour rend service » (1 Co 13,4). Avec zèle tu as tout mis en œuvre pour que Marie trouve le confort minimum pour s’occuper au mieux de Jésus. Puis, quand la menace d’Hérode vous a obligés à partir précipitamment en Égypte, tu as assuré la protection et la subsistance de votre famille en exil. Tu as bien mérité le titre de « custos » (« gardien »), par lequel l’Eglise t’honore.                                                                                                             

Tu as été « le serviteur fidèle et prudent de la sainte Famille » (52) : c’est à juste titre que l’Eglise te confie ses soucis, à l’exemple de saint François de Sales :

 

Prière : Glorieux saint Joseph, époux de Marie, accordez-nous votre protection paternelle, nous vous en supplions par Jésus-Christ. O vous dont la puissance s’étend à toutes nos nécessités, et sait rendre possibles les choses les plus impossibles, prenez paternellement les intérêts de vos enfants : nous recourons à vous avec confiance. Faites que, sous votre paternelle conduite, toutes nos causes d’inquiétude tournent à la gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs. Amen.

 

Textes :

            « Regardons cette responsabilité si grande de Joseph à l’égard de Marie et de l’enfant Jésus. Il est vraiment l’image vivante de la paternité éternelle de l’unique Père. Il nous fait comprendre comment la paternité réclame un dépouillement de tout égoïsme, de toute satisfaction personnelle individuelle, pour aller plus loin dans le don, et pour être tout entier relatif à celui dont on est responsable. Joseph est totalement relatif à Jésus. (…) Toute sa vie est pour Marie et pour Jésus. C’est en  ce sens-là qu’il est vraiment père. Tout son travail et toute sa prudence seront pour Marie et Jésus. » (P. M.-D. PHILIPPE) (53)

           

            « Joseph était le gardien, l’administrateur et le défenseur légitime de la maison divine dont il était le chef. Il a exercé ces charges durant tout le cours de sa vie mortelle. Il s’est appliqué à protéger avec un amour souverain et une sollicitude quotidienne son épouse et le divin Enfant ; il a gagné régulièrement par son travail ce qui était nécessaire à l’un et à l’autre pour la nourriture et le vêtement ; il a préservé de la mort l’Enfant menacé par la jalousie d’un roi ; dans les difficultés des voyages et les amertumes de l’exil, il a été constamment le compagnon, l’aide et le soutien de la Vierge et de Jésus. » (Léon XIII) (54)     

           

            « Joseph a été déclaré « Patron de l'Église catholique». (…) « Les raisons et les motifs spéciaux pour lesquels saint Joseph est nommément le patron de l'Église et qui font que l'Eglise espère beaucoup, en retour, de sa protection et de son patronage sont que Joseph fut l'époux de Marie et qu'il fut réputé le père de Jésus-Christ. [...] Joseph était le gardien, l'administrateur et le défenseur légitime et naturel de la maison divine dont il était le chef. [...] Il est donc naturel et très digne du bienheureux Joseph que, de même qu'il subvenait autrefois à tous les besoins de la famille de Nazareth et l'entourait saintement de sa protection, il couvre maintenant de son céleste patronage et défende l'Eglise de Jésus Christ (Léon XIII)». (Saint Jean-Paul II) (55)

 

(51) Lumen gentium, n°36.       (52) Préface de saint Joseph.          (53) P. M.-D. PHILIPPE, Conférence aux AFC à Paris le 13/12/1981.             (54) Léon XIII, Quanquam pluries.                    (55)Saint Jean-Paul II, RC n° 28.

Réactions (1)

brebis
brebis
5

Je vous remercie d'avoir parlé de Joseph. C'est bien que l'on mette à l'honneur cet homme. Muriel

Alerter